Emmenez un enfant au théâtre aujourd'hui ? Ou bien amener le théâtre à l'enfant ? Les deux proposition sont elles également pertinentes ? Cette année, nous avons deux auteurs pour les messages de la Journée mondiale – un des États-Unis et un de Syrie – qui représentent ces deux points de vue en partant de réalités radicalement différentes.

Emmenez un enfant au théâtre a été notre cri de ralliement depuis 2012, quand nous célébrons la Journée mondiale du théâtre pour les enfants et les jeunes, tous les 20 mars, et réaffirmons notre attachement au droit de chaque enfant à des expériences artistiques créées spécialement pour lui. Cette année, je voudrais dire que l'inverse est souvent plus justifié et tout aussi important.

When we consider the millions of children who do not live within the easy reach of a theatre building (especially one designed for them and their needs), we must as artists expand our notions of what theatre can be if we truly believe in the arts as a basic human right. Of course this idea is not new in the history of theatre, but somehow the distinctions of formal vs. informal still seems to pervade our value systems and our notions of quality when we talk about theatre for young audiences.

Lorsque nous prenons en compte les millions d'enfants qui ne vivent pas à portée d'un théâtre (spécialement conçu pour eux et leurs besoins), nous devons, en tant qu'artistes, élargir nos conceptions de ce que peut être le théâtre, si nous croyons réellement aux arts en tant que droit humain fondamental. Bien sûr, cette idée n'est pas nouvelle dans l'histoire du théâtre, mais d'une manière ou d'une autre, les distinctions entre formel et informel semblent toujours imprégner nos systèmes de valeurs et nos notions de qualité quand nous parlons de théâtre pour jeune public.

La magie brute qui peut transformer un terrain de jeu poussiéreux, une salle de banlieue, une salle d'école, ou un camp de réfugiés, est souvent ce dont on a le plus besoin – non seulement parce qu'il est plus pratique et économique de rencontrer les enfants dans leur vie quotidienne, mais aussi, plus profondément, parce que C'EST magique.

Le théâtre est toujours une question de transformation. Sa capacité à transformer un espace du quotidien, et même un espace de crise, en un lieu où l'imagination est activée et où des possibilités inattendues se déploient, est unique. Il offre un moment où les enfants peuvent expérimenter de puissants changements sociaux en action. Ici, ils peuvent voir que le changement est possible. Cette magie peut surgir du banal. Cette joie peut être trouvée même dans les espaces les plus démunis. La qualité d'une expérience théâtrale qui accomplit ce miracle n'est pas moindre que celle qui nous permet de prendre notre envol depuis un cocon spécialement conçu, avec la technologie et le design à notre entière disposition.

Bien sûr, nous ne nions à aucun moment l'expérience spéciale, si particulière à l'espace dédié au théâtre. Mais pour les enfants confrontés à l'agression quotidienne de la vie dans une zone de guerre, pour les enfants vivant dans des villages ruraux éloignés, pour les enfants vivant dans la pauvreté des quartiers défavorisés, il doit y avoir d'autres options. Et ce genre de transformation peut faire une différence profonde dans leur expérience du monde.

Alors que les praticiens de théâtre se sont concentrés sur la pratique novatrice dans le théâtre pour le jeune public, nous devons tous nous demander comment le théâtre peut apporter des expériences véritablement transformatrices – partout où il peut trouver un public – et en faire une réalité.

Alors travaillons ensemble pour emmener un enfant au théâtre … et amenons le théâtre à l'enfant en 2018.

Yvette Hardie
Présidente de l'ASSITEJ