Ernie Nolan, Executive Committee
Ernie Nolan, Executive Committee

Complétez la phrase… et célébrez !

Au début de ma carrière dans le théâtre jeune public, j’ai entendu un jour un directeur artistique chevronné s’adresser à son conseil d’administration en disant « C’est tellement difficile ! » en début de son propos. Je ne pouvais le croire, j’étais stupéfait. C’était quelqu’un que j’admirais énormément et qui dirigeait une compagnie de théâtre au budget de plus d’un million de dollars. Comment est-ce que cela peut être si difficile, me demandais-je.

Faisons un bond en avant des années après. Je savais si peu de choses à l’époque. J’ignorais que j’allais à mon tour diriger un théâtre au budget d’un million. Et qui aurait pensé qu’il y aurait une pandémie et qu’il faudrait naviguer sur celle-ci et ses conséquences ?

Maintenant, je comprends. En tant qu’artiste de théâtre et administrateur, je peux moi aussi dire : « c’est tellement difficile ! ».

Pourtant, en même temps que les difficultés, il y a eu aussi beaucoup de choses positives. Le talentueux compositeurs et librettiste Stephen Sondheim était un maitre dans l’art de montrer le complexité de ces situations. Le Petit Chaperon Rouge chante combien il est « excité et terrifié » dans Into the Woods, Les époux dans Company confient être « désolés, reconnaissants » autant que « malheureux, joyeux ».

Comme nous approchons de la fin d’une autre année, je me disais que je pourrais écrire des paroles pour une chanson à la matière de Sondheim : « ce fut difficile, mais ça a été une période de de développement, d’éveil…, une période formatrice, stimulante… ». La liste serait longue.

J’aimerais beaucoup savoir comment vous complèteriez la phrase pour vous-même : « Cela a été difficile mais…………………… ».

Et comme nous allons dire adieu à 2022, j’espère que nous pourrons rassembler nos défis, nos réussites, nos triomphes et célébrer ce que nous avons accomplie. Apres tout, selon les mots de Stephen Sondheim « En lui-même, l’art est une tentative de ramener l’ordre dans le chaos. »